01 . ACCUEIL       02 . GALERIE       03 . WONDER GIRLS       04 . MEDIA       05 . WEBSITE

  WELCOME !

Wonder Girls est un des groupes coréens les plus reconnus mondialement et qui s'est séparé le 10 février 2017 après 10 ans de carrière. Constitué de 6 membres : Sunye, Yeeun, Sunmi, Sohee, Yubin et Hyerim. Avec leurs hits comme Tell Me, So Hot, Nobody, Be My Baby ou encore Why So Lonely, le groupe a conquis l'Asie et a séduit l'Amérique avec plusieurs singles et tournées. // //
  DERNIERES PHOTOS

20190514_144638_1357.jpg
20190514_144632_5544.jpg
20190514_141106_7100.jpg
20190514_141046_6616.jpg
20190514_141012_7692.jpg
20190514_140943_5020.jpg
20190514_135523_0272.jpg
20190514_135505_8525.jpg
20190514_135459_2974.jpg
20190514_135454_0112.jpg

1
Mar 2019
Article rédigé par Marie

Sunmi a commencé sa carrière musicale avec les Wonder Girls, le groupe de cinq membres féminins de JYP Entertainment, qui a fait ses débuts en 2007 avec le titre «Irony», avant de transformer rapidement ses hits suivants, «Tell Me» et «Nobody», en hymnes nationaux. Deux ans après le début de sa carrière, les Wonder Girls sont devenues le premier groupe K-pop à faire son entrée dans le Billboard Hot 100 avec son single «Nobody», qui a attiré l’oreille, et qui a culminé à 76.

Avec la notoriété grandissante du groupe, Sunmi était une superstar coréenne adolescente, ce qui lui donna une expérience rare d’aller dans de nombreux pays et d’acquérir des connaissances sur l’industrie de la musique aux États-Unis. Peu de temps après, elle décide de développer son propre son en tant qu’artiste solo et, avec le soutien du producteur de JYP, JY Park, une Sunmi beaucoup plus puissante est présentée au monde. Après la sortie de «24 Hours» et de «Full Moon», Sunmi a présenté ses charmes en solo tout en faisant la promotion du single auto-écrit des Wonder Girls, «Why So Lonely», qui était aussi la dernière chanson avant que les membres décident de se séparer, et de quitter la sécurité de JYPe.

Alors qu’elle prépare une tournée mondiale en solo, Sunmi, âgée de 26 ans, aborde ses 12 ans de carrière, ses succès passés et ses projets d’avenir.

Comment vous sentez-vous avec votre première tournée mondiale ?
Je prévois d’organiser des concerts en commençant par l’Amérique du Nord, l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Asie. J’en ai toujours rêvé, mais je n’ai pas eu l’occasion [jusqu’à présent]. C’est la même chose que si [mon] rêve était devenu réalité. Cela m’a fait penser que les choses que vous vous dites se réalisent peut-être (rires).

Y a-t-il des performances que vous avez préparées exclusivement pour la tournée ?
Il y a des performances sur les pistes B-side que mes fans coréens n’ont pas pu voir, et il y a aussi des performances où nous avons complètement changé de place. Je pense que les gens seront en mesure de voir divers aspects du thème central et de la fondation de la performance.

Vous avez dit qu’une nouvelle chanson surprise serait publiée au début de votre tournée mondiale.
Le titre de la chanson est «Noir». En français, cela signifie «noir, déprimant et inquiétant». J’étais curieux de savoir comment le «noir» s’applique à notre vie quotidienne dans laquelle nous vivons. Il y a de plus en plus de décès chaque année dus au fait que des personnes prennent des photos et des vidéos dans des endroits dangereux afin d’accroître le nombre de « j’aime » et d' »abonnés ». Pour moi, c’est « noir« . Bien que le noir soit un genre de film (film noir), je n’ai pas voulu définir ce mot dans une catégorie. Je voulais montrer que les problèmes mentionnés ci-dessus pouvaient également être considérés comme noirs.

Chaque album avait un aspect très distinct. Pour y arriver, y a-t-il quelque chose de spécifique que vous avez trouvé important dans le processus ?
Trop de mes propres couleurs ont été incluses en eux (rires). Je fais de la musique pour le grand public, alors je crois que je ne devrais pas me démarquer d’eux. Je suis du genre à penser souvent à l’aspect populaire. Je crois qu’au bout du compte, le critère de «l’aspect populaire» est le degré de relation possible entre les gens. Quand je fais de la musique, je me pose beaucoup de questions sur la chanson: est-ce trop difficile à comprendre ou est-ce que je suis allé trop loin ? Heureusement, beaucoup de gens me rencontrent à mi-chemin et me donnent des idées, ce qui, à mon avis, est la raison pour laquelle cela a tendance à marcher à la fin.

Il y a beaucoup de sons des années 80 dans votre musique. Pourquoi les années 80 ?
Le producteur JY Park nous a donné des devoirs dès notre arrivée aux États-Unis: « Si vous voulez faire de la musique aux États-Unis, ne croyez-vous pas que vous devriez être au courant de l’industrie musicale américaine ?« . Ensuite il nous a donner 200 chansons d’artistes de la Motown et nous a demandé d’écouter chaque chanson, d’écrire ce que nous ressentions et de le rendre. C’était une musique que j’ai entendue pour la première fois. J’avais alors 17 ou 18 ans (rires). C’est ainsi que j’ai pu expérimenter différents genres musicaux des années 70, 80, 90 et même 60. “Nobody” est une chanson inspirée des années 1960.

Quel artiste des années 1980 a laissé la plus grande impression sur vous ?
Prince ! « Purple Rain » et « When Doves Cry« . J’écoutais ces deux chansons et sa voix m’a juste percé les oreilles. D’autres artistes faisaient de la musique très émouvante et rythmée. Bien sûr, Prince aussi, mais il avait quelque chose de différent. Sa musique était unique et ses vidéoclips étaient également uniques. Même les titres de chansons étaient uniques. C’était donc intéressant. Bien qu’il ne soit plus avec nous, il m’a inspiré de nombreuses façons.

Le marché actuel de la K-pop est-il très différent de ce qu’il était il y a 10 ans ?
Tout d’abord, Billboard Korea a été créé. Une section K-pop a été créée sur Billboard. Cela ne dit-il pas tout ? Le statut de la K-pop avant contre maintenant ? À mesure que les réseaux sociaux se développaient, les gens commençaient naturellement à parler davantage de K-pop et les visionnages de vidéos commençaient à augmenter. La K-pop est devenue une culture à part entière.

Dans quelle direction devrait aller la K-pop ?
La plupart des genres musicaux et des expériences ont été réalisés dans le monde entier. Parmi tout cela, si vous avez besoin de trouver un facteur déterminant dans la K-pop, je pense que le point de départ serait les vidéos. Les groupes coréens comme BTS, Black Pink et Twice ont tous des vues [sur YouTube] immenses. Je pense que notre propre identification visuelle commence à avoir un attrait particulier. Bien sûr, les aspects musicaux sont également très importants, mais je pense que les éléments visuels sont également indéniablement importants.

Vous êtes seule maintenant. Est-ce différent de quand vous étiez dans les Wonder Girls ?
La plus grande différence est le processus de production. Je dois être impliquée dans tout. C’est aussi solitaire. Lors de la promotion avec un groupe, une personne peut avoir la lumière qui signifie qu’une autre personne sera dans l’ombre. Dans de tels moments, vous pouvez vous reposer un peu et laisser votre expression se détendre également, mais lorsque vous êtes soliste, la caméra est toujours sur vous. La plus grande différence est que la caméra sera fixée sur moi pendant 3 ou 4 minutes.

Comment s’est passé le processus consistant à « trouver sa propre couleur » ?
Je ne savais pas qui j’étais parce que j’avais commencé à faire de la promotion quand j’étais très jeune. Je courais à toute vitesse à un moment où je ne savais même pas en quoi j’étais douée. Alors j’ai commencé à “fangirler” sur moi-même. J’ai creusé profondément en moi et j’ai été capable d’organiser mes pensées avec un mot clé: «liberté». Je peux trembler, je peux pleurer, je peux me fâcher, je peux maudire. Je suis libre d’exprimer tous ces sentiments. La raison pour laquelle je choisi des moments dans mes clips où je ne me trouve même pas jolie, c’est parce que «c’est ce que j’ai ressenti à ce moment-là avec cette musique». Je leur [les producteurs de mv] demande catégoriquement de l’utiliser. Si vous regardez mon clip, vous verrez que je reçois un coup avec un mouchoir en papier et je tombe et autres. Dans « Siren » je suis assez horrible. (des rires)

J’ai l’impression que vous avez dû avoir peur lorsque vous avez décidé de partir en solo. Qu’est-ce qui vous a fait avancer ?
J’avais la conviction et la confirmation en moi. Je savais ce que je devais passer à l’étape suivante. Je suis le genre qui doit mettre fin à ce que j’avais commencé pour pouvoir dire que ma confiance provient de ce trait de personnalité. Je crois que cela est également le résultat de ma confiance en moi. Une fois que je me connaissais très bien, tout a commencé à avancer.

Selon vous, quelle couleur exprime Sunmi ?
Violet. Le violet est obtenu en mélangeant le rouge et le bleu. C’est une couleur neutre. La couleur pourpre est un mélange entre l’aspect populaire et ma propre identité.

Y a-t-il un objectif musical que vous avez ?
C’est mon rêve d’établir un « genre Sunmi » où les gens entendent ma chanson et qui se disent: «C’est la musique Sunmi !». C’est un rêve de longue date que je veux réaliser et que j’ai encore à faire. Que ma musique soit dans la même catégorie que le rock, une catégorie appelée Sunmi. Le style Sunmi. Je veux devenir une personne qui inspire.

 

Source: Billboard
Traduction Française: Marie